Œuvre


  • La représentation de la femme dans la société est depuis les années 60 le sujet principal de mon travail. De même les injustices sociales, les événements socio-politiques font partie de mes démarches pour lesquelles je mets en œuvre des moyens stylistiques appropriés.
    C’est ainsi que j’essaie de traduire les désastres écologiques par des « natures mortes ». Je me réfère au « memento mori » de la peinture néerlandaise du 17e siècle où le gibier, les poissons et les insectes morts symbolisent l’éphémère, la fragilité, la vanité.
    A notre époque ils ne représentent plus, ils font partie de la triste réalité des désastres écologiques causés par notre génération.


  • cliquez pour agrandir


  • LA MARCHE DES FEMMES, 2017-2018, huile sur toile, 1,55 x 7 m.
    Le titre se réfère à la marche des femmes de Paris à Versailles en 1789 avec le slogan « Du Pain ». En 2000 sur l’initiative des femmes du Québec une marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence qu’elles subissent avait été lancée. Récemment eurent lieu la marche des femmes en Amérique en 2017 et en 2018.
    Je veux présenter une marche solennelle, les femmes ne sont pas conçues comme des mendiantes, mais des représentantes de la moitié de l’humanité, qui vont revendiquer leurs droits, la tête haute.
    Je montre des femmes de divers pays et de divers continents, je veux les placer dans leur contexte culturel que j’espère réaliser grâce à leurs vêtements traditionnels. Comme dans mes travaux précédents, « Les Spectateurs » et « Le Cri » j’intègre des textes dans le tableau. Ici ce ne sont pas des articles de presse, mais des analyses, des statistiques que j’ai recherchées et que j’ai fait imprimer. Elles sont conçues pour faire partie intégrante avec la représentation picturale.
    Il s’agit d’un portrait de groupe de 35 femmes. De cette manière j’espère donner une présence physique authentique aux figures ce qui confère plus de poids à leurs revendications.


  • cliquez pour agrandir

  • cliquez pour agrandir

  • cliquez pour agrandir

  • cliquez pour agrandir
  • JE EST UN(E AUTRE

  • cliquez pour agrandir
  • OEUVRES SUR PAPIER

  • cliquez pour agrandir

  • cliquez pour agrandir

  • Par opposition aux personnages de dos contemplant la nature du peintre romantique Caspar David Friedrich, je montre des « spectateurs » scrutant l’information distillée par les médias. Il s’agit en fait de ce qui s’est passé au cours des mois de juin, juillet, août, octobre, novembre et décembre de l’année dernière. Le choix des journaux se limite à des assortiments disponibles au Luxembourg et la sélection comme les annotations reflètent des préoccupations subjectives. Quand j’ai conçu mon œuvre je n’avais aucune idée des événements catastrophiques qui allaient se produire pendant ces 6 mois de l’année 2013. Les deux tableaux sont devenus par la suite un appel contre l’oubli ! Les « vrais acteurs » sont occultés, c’est là la fonction du rideau rouge. De fait, qui sont-ils et quels sont véritablement les enjeux ?



  • cliquez pour agrandir

  • cliquez pour agrandir

  • Le « Codex Aureus Epternacensis » est un évangéliaire réalisé à l’abbaye bénédictine d’Echternach, Luxembourg vers 1030.Ce manuscrit fastueux, qui faisait partie du patrimoine abbatial d’Echternach jusqu’à la Révolution française, fut acquis en 1801 par le Duc Ernest II de Sachsen-Coburg. En 1955, il fut vendu au Musée Germanique de Nuremberg. Etant de nationalité luxembourgeoise, je me suis permis d’instrumentaliser l’iconographie de ce magnifique évangéliaire pour les droits de la femme. Aussi ai-je détourné les figures du « Grand Ange », prônant l’Evangile selon saint Mathieu, ainsi que les prophètes Ezéchiel et Daniel, en pose de scribes, au profit des jeunes filles. Le dos courbé des scriptores connote une endurance inébranlable au travail.



  • cliquez pour agrandir

Sur colonnes de la ville de Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Galerie Toxic, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

  • Cette exposition est pour moi l’occasion de m’interroger sur les positions idéologiques du pouvoir. A cet effet, je détourne l’iconographie chrétienne dans le diptyque « Gated Community » et la prédelle dénonçant les taudis à la périphérie des agglomérations urbaines. Si le retable met en évidence des valeurs qui renvoient toutes à l’au-delà, je me place résolument dans l’ici-bas, tout en me référant à la philosophie contemporaine qui a abandonné la métaphysique classique et par conséquent toute croyance en une rédemption. La vie avant la mort, c’est ce qui compte en définitive. A travers mon installation, j’entends mettre en évidence le règne de l’argent. « Magritte reloaded » est une appropriation ironique du tableau de Magritte « Golconde » et montre les « virtuoses des finances » qui s’emparent du monde. La femme sur la croix est conçue comme opposition à la représentation traditionnelle du Christ en croix. Le visiteur pourra interpréter à sa façon cette antinomie et en tirer sa propre conclusion ; il en va de même pour le deuxième tableau. La série « The Different Portrait » montre des portraits décalés, c’est-à-dire que je renonce à toute représentation globale en recourant à la figure de rhétorique pars pro toto. Je fixe des poses, des attitudes, je souligne une attitude, j’utilise un accessoire, je renonce donc à toute forme de psychologie, pour mettre en évidence des comportements sociaux.

Galerie op der Kap, Capellen, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Kulturfabrik, Esch/Alzette, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Abbaye de Neumünster, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Galerie Toxic, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Galerie Toxic, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Paris


  • cliquez pour agrandir

Galerie Toxic, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Paris

Avec le nu j’aborde un sujet consacré par l’histoire de l’art. Je dirais d’emblée qu’il ne m’intéresse pas en tant qu’objet du désir et moins encore d’exhibition. Il sera pour moi l’expression d’une féminité assouvie en harmonie avec elle-même, préconisant un monde en paix. C’est la mise en évidence de ce signifié par connotation qui me porte entre autres à détourner ou à recomposer des motifs de la peinture classique tels que le « Jardin des délices » ou la « Pastorale ».

  • cliquez pour agrandir

  • cliquez pour agrandir

Galerie d'Art du Théâtre d'Esch-sur-Alzette, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Messehalle, Luxembourg


  • cliquez pour agrandir

Mannheim, Allemagne


  • cliquez pour agrandir